mercredi 1 juillet 2015

A l'encre de poulpe


Voilà, c'est l'été, la saison des vacances, du voyage, des plages et des coquillages disposés par terre, des chaises longues et de leur sirop de fraise, des taches de cerises sur le mollet parce qu'après avoir abusé du rosé, vous êtes tombé sur la tarte, mais c'est pas grave vous irez vous nettoyer dans le lagon de Mureorahipa, c'est l'été.
Et donc moi, homo festivus parmi tant d'autres, je m'envole pour l'atoll de Suisse, où je participerai au premier festival de BD de Delémont, ces vendredi, samedi et dimanche-là. Si vous êtes un chocolat, vous avez probablement de la famille dans le coin et ce serait donc une raison supplémentaire pour venir me voir. Et si ça ne suffit toujours pas, sachez qu'il y aura une exposition de pas mal de mes dessins.
Pour des informations plus précises, mieux vaut ne pas trop s'attarder sur ce dessin, mais plutôt sur ce site:

http://www.delemontbd.ch/

jeudi 18 juin 2015

Venez voir Vannes


Oui venez voir Vannes ce samedi et ce dimanche car j'y serai dans le cadre du festival du livre du nom de cette ville, qui m'a invité en croyant un peu naïvement réaliser ainsi une très longue phrase avec peu de ponctuation et encore moins d'importance alors qu'en fait je vais bientôt la terminer puisque je vous ai tout dit et qu'ensuite vous risquez de perdre le fil.

mercredi 3 juin 2015

Cap Capri

Pour rester dans l'esprit breton, je vous propose, une fois n'est pas coutume, de ne pas vous parler de moi, mais de personnes qui m'aiment bien puisqu'ils ont la résignation et la douleur polie, qui caractérisent les gens de misère, de devoir m'accueillir chez eux plusieurs fois l'année.
Ces gens-là Monsieur, sont en train de reprendre une petite chèvrerie située dans les derniers kilomètres de civilisation, puisqu'après c'est l'Amérique ( désolé pour les habitants de l'île de Sein ), au cap Sizun ( la pointe du Raz, pour les non-bretonisant ). Evidemment, vous me voyez venir, je vous parle de ça pour vous réclamer de l'argent, car ils en ont besoin, cette partie-là de la Bretagne n'étant constituée que d'alcool et de vol de bétail.
Il y a donc deux moyens pour aider mes amis: la menace ou une modeste contribution volontaire et frivole par l'intermédiaire d'un site de financement participatif.
Je vous conseille la deuxième solution, même si je n'ai pas les moyens de vous menacer car je ne sais pas où vous habitez. Pour souscrire donc, voici le lien approprié:

http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/une-fromagerie-pour-la-chevrerie-de-plogoff

Kerboëuche' ch!


mercredi 20 mai 2015

Duguesclin Shima



Saint-Malo assiégée par les félons d'Albion, de Friedrich Straussenbelm, collection bafaroise, musée du romantischme, 1879.

" Les jours sont longs et les nuits brèves. Dans ce compte à rebours angoissant, les sapeurs ennemis enlèvent à chaque assaut quelques mètres qui bientôt tomberont les murs d'enceintes. A la question qui tourmente désormais la cité de savoir si les barbares anglais passeront par dessus ou à travers les fortifications, s'est ajoutée une épidémie de fièvre slovène qui s'est emparée de tout ce qui restait de raison et de retenue dans la ville. Hier les serfs et quelques mainmortables de la rue du gras bouillon ont empalé le sénéchal et rempli ses boyaux avec du Champomy qu'ils se sont lancés mutuellement au visage. Ce matin quelques marmots des faubourgs ont mangé l'ensemble des tuiles du prieuré pendant que leurs parents distillaient les derniers lépreux en un alcool qui permet à la plèbe de tenir encore le coup. Mais bientôt la patience et l'imagination se tariront autant que les pierres qui portent les murailles, aussi vous feriez œuvre de cœur, cher très artiste, de venir enjouer la cité par vos petits dessins marrants tout manga, lors de notre modeste festival Etonnants Voyageurs qui se déroulera ses samedy, dymanche et lundy, 23,24 et 25 du mois de mai."
Agobard de Solidor, bourgmestre de Saint-Malo.

Voici donc la missive que je reçusse des feudataires malouins et à laquelle je répondrasse si je retrouve la bonne concordance des temps.

lundi 11 mai 2015

Café

Je n'ai pas grand chose à raconter, alors dans ce cas laissons place à la musique:
https://www.youtube.com/watch?v=l0KkkBbkbBg
Bonne journée!

jeudi 30 avril 2015

Profondeur



Les montagnes étendues sur différents plans dans une progression de verts denses aux gris opalins devaient dominer par leur masse et leur sévérité le petit village alpin enjoué de détails et de couleurs qu'une composition classique mais élégante avait situé dans la partie inférieure gauche de la page, invitant le regard du spectateur dans une trêve entre premier et second plan, sujet et décor, mise en scène et propos, ou équilibre et cinétisme. Les lacets d'une petite route montagnarde ajoutaient un jeu simple de ruptures de lignes qui tantôt épousaient la pente naturelle d'un relief pour mieux en casser les courbes quelques centimètres plus bas. Le clocher du village donnait le point de mire sans s'habiller de commandement, laissant l'oeil s'orienter dans les alentours, comme un phare incitant plus à la quête qu'à la méfiance. Enfin, discret, sur une façade que l'on devine de Tuffeau fatigué, un panneau annonçait sobrement que Florent Chavouet serait à la Médiathèque de Pontivy ( en Bretagne ) le mardi 5 mai pour le vernissage de l'exposition de ses planches et ensuite le lendemain à la librairie M'enfin à Rennes ( rue Victor Hugo ) à partir de 15h.
Le problème c'est que je me suis gouré dans mes teintes et que les contrastes des montagnes se sont écrasés dans un aplat général. Après, j'ai aussi raté ma perspective, c'est pas du tout l'angle que j'imaginais. Concernant le village, j'avais pas la bonne documentation alors j'ai simplifié, mais de toute façon j'avais pas pris le bon papier pour rentrer dans les détails. Et puis c'est bizarre, les maisons alpines sont pas fabriquées en Tuffeau. C'est là que j'ai commencé à douter, du coup j'ai préféré pas dessiner la route non plus comme ça j'évitais de faire n'importe quoi et je préservais l'ambiance de forêt matinale.
N'en déplaise donc à ceux qui clament un peu rapidement que je suis le meilleur dessinateur du monde ou au moins de quelques continents, il m'arrive de me planter dans une composition un peu trop étudiée. On n'arrive pas toujours à faire ce que l'on veut.
Surtout quand on n'a plus de jaune.

mardi 21 avril 2015

Nature et culture


Injustement confondue avec Toulouse à cause que ça se termine pareil, la cité de Mulhouse fut une première fois reconnue lors de l'expédition de l'Astromius emmenée par le comte de Bourgueuil qui, comme chacun sait, se termina tragiquement par le découpage et la dégustation complète de l'équipe scientifique, nous rappelant ainsi qu'il ne faut jamais faire confiance à autrui.
Cité aujourd'hui apaisée vivant sur ses acquis, la ville n'en demeure pas moins un haut lieu de l'histoire des grandes découvertes au nombre desquelles nous pouvons compter le subjonctif, le vendredi, le pied de table ou encore la puissance des sentiments. Mais Mulhouse c'est aussi une célèbre opérette, "Mulhouse ou les idées siennes" qui aurait inspiré certaines oeuvres de Puccini, et qui demeure une des pièces les plus représentées dans les grandes salles européennes. Enfin, Mulhouse c'est un gâteau populaire, le Mulhousien, mélange d'éclair au chocolat, de tarte au citron et de crème caramel, que l'on retrouve aujourd'hui jusque dans les meilleures pâtisseries parisiennes.
Surtout, Mulhouse c'est la ville où se tiendra le 24 avril 2015 à 15h le premier congrès inter professionnel et éco-citoyen de dédicaces de Florent Chavouet à la librairie Tribulles, 12 passage du Théâtre.